Diabète

Manger vite augmente le risque de diabète de type 2

Depuis les années 2010, la corrélation entre diabète de type 2 et vitesse d’alimentation (manger vite / manger lentement) est démontrée par de nombreuses études* (1, 2, 5) portant pour certaines sur des population statistiques significatives de plusieurs milliers de personnes.

Une étude* (2) sur 700 personnes chiffre même le risque probable augmenté de 2.5 de déclencher un diabète de type 2 chez un mangeur rapide comparé à un mangeur lent.

Une étude*(4) mesure une augmentation du taux d’hémoglogine glyquée corrélée à celle de la vitesse d’alimentation.

Une autre étude *(3) mesure et constate chez les mangeurs rapides une baisse de le l’hormone  GLP 1 qui retarde la vitesse d’absorption du glucose au niveau de l’épithélium intestinal et donc un effet d’augmentation des oscillations glycémiques post-prandiales. A savoir que le GLP 1 est prescrit couramment sous une forme analogue, en injection sous cutanée, sous les noms de Byetta ou Victoza dans le cadre du traitement de diabète de type 2 en complément des anti diabétiques oraux

Au moins deux explications peuvent être avancées pour expliquer ces résultats très significatifs.

Depuis les années 2010, la corrélation entre diabète de type 2 et vitesse d’alimentation (manger vite / manger lentement) est démontrée par de nombreuses études* (1, 2, 5) portant pour certaines sur des population statistiques significatives de plusieurs milliers de personnes.

Une étude* (2) sur 700 personnes chiffre même le risque probable augmenté de 2.5 de déclencher un diabète de type 2 chez un mangeur rapide comparé à un mangeur lent.

Une étude*(4) mesure une augmentation du taux d’hémoglogine glyquée corrélée à celle de la vitesse d’alimentation.

Une autre étude *(3) mesure et constate a une baisse de la concentration de l’hormone intestinale, GLP 1, qui est l’incrétine qui contrôle la prise alimentaire et des mécanismes de glucodétection contrôlant l’utilisation de glucose par les tissus périphériques et l’inhibition de la sécrétion de glucagon, avec l’augmentation de la vitesse d’alimentation.

Au moins deux explications peuvent être avancées pour expliquer ces résultats très significatifs.

Depuis les années 2010, la corrélation entre diabète de type 2 et vitesse d’alimentation (manger vite / manger lentement) est démontrée par de nombreuses études* (1, 2, 5) portant pour certaines sur des population statistiques significatives de plusieurs milliers de personnes.

Une étude* (2) sur 700 personnes chiffre même le risque probable augmenté de 2.5 de déclencher un diabète de type 2 chez un mangeur rapide comparé à un mangeur lent.

Une étude*(4) mesure une augmentation du taux d’hémoglogine glyquée corrélée à celle de la vitesse d’alimentation.

Une autre étude *(3) mesure et constate a une baisse de la concentration de l’hormone intestinale, GLP 1, qui est l’incrétine qui contrôle la prise alimentaire et des mécanismes de glucodétection contrôlant l’utilisation de glucose par les tissus périphériques et l’inhibition de la sécrétion de glucagon, avec l’augmentation de la vitesse d’alimentation.

Au moins deux explications peuvent être avancées pour expliquer ces résultats très significatifs.

Fatigue du pancréas

Un effet moyen terme de fatigue du pancréas: L’insuline sécrétée par le pancréas fait baisser la concentration de sucre dans le sang. Lorsqu’il y a un pic de sucre plus élevé dans le sang, qui peut être du à une ingurgitation trop rapide, le pancréas est plus fortement sollicité pour sécréter l’insuline. A terme, le pancréas peut montrer des signes de fatigue et le risque de diabète de type 2 augmente.

diabete mangeurs rapides

Action de la mastication:

Comme démontré par les études (6,7) un cycle masticatoire plus élevé a pour effet de faciliter l’absorption du glucose et/ou de diminuer l’indice glycémique des aliments.

Mastication forteIndice glycémique du riz mangé avec des baguettes68
Mastication moins forteIndice glycémique du riz mangé avec une cuillère81
La présente étude suggère que manger du riz avec différents outils, selon des temps de mastication et de quantité de nourriture ingérée par bouchée différents, modifie l’Indice Glycémique (IG) du riz ingéré.

La fourchette Slow Control

efficace pour ralentir et pour mastiquer plus

  • Top 3 des innovations 2014
    Association Française des Diabétiques.